100 CHEVAUX SUR L'HERBE : Bien plus qu'un Refuge soignant 120 équidés 




MATHIEU
Misérable Ane d’Espagne

ANNIVERSAIRE  :  1/05/1984
ARRIVE(E) AU REFUGE  LE :  13/03/2002
DECEDE(E) LE 9/06/2006

J’ai trouvé cet infortuné âne sur le marché d’Anderlecht.   Certains se faisaient un jeu de le tourmenter, d’autres s’amusaient en le voyant en ce lieu de cauchemar.   Infesté de poux  et de teigne attaché aux barrières et résigné à son sort.   Quelle autre issue que l’abattoir pour un tel animal pour lequel personne ne prenait un réel intérêt ?
Le marchand qui le détenait est bien connu pour ramener des équidés de France, de Hollande, d’Espagne et du Portugal pour les envoyer à la boucherie.

Hélas notre âne était déjà vendu par ce dernier à un grossiste en viande (il faut savoir que beaucoup de nos charcuteries, salamis etc... sont composées de viande d’ânes).
A force d’insistance et de ténacité, Murielle, une bénévole a réussi, fort heureusement à persuader le boucher de nous revendre l’âne juste avant son embarquement dans le camion.
Mathieu (nom que je lui ai donné) âgé de 18 ans  était affligé également d’une boiterie qu’on ne peut soigner appelée «l’éparvin» aisément visible qui est à la base du jarret qui  heureusement n’est pas douloureuse mais mécanique.

Arrivé chez nous, j’ai immédiatement soigné Mathieu en le déparasitant et en traitant ses affections cutanées avec des produits très efficaces (Imaverol, tactic) et Mathieu alla beaucoup mieux très rapidement.

Mathieu s’est rapproché davantage d’»EmilyJolie» une ponette , probablement parce que réuni par le même marchand, et aussi touché par le même sort et animé par des sentiments semblables.   
On avait l’impression en les voyant tous les deux que chacun sentait s’agiter dans son coeur la présence de l’autre...

Durant plus de 6 ans , préoccupés uniquement par sa santé, son bonheur : nous avons tout fait pour que disparaisse à  jamais l’enfer de l’existence d’autrefois de Mathieu.. 
Mathieu pouvait déambuler où il le souhaitait à travers tout notre refuge.   Le coeur joyeux, il aimait aller poser sa tête contre la vitre de la cuisine afin de nous rappeler qu’il aimait recevoir une petite friandise.
Et puis un jour, nous l’avons trouvé endormi pour toujours dans son box.   Je suis sûr lorsqu’il a ainsi fermé une dernière fois ses yeux, cet âne adorable est parti avec la certitude d’être vraiment aimé et reconnut pour ce qu’il était un très très gentil âne.